Les Internationales de la Guitare

Festival de Musiques Actuelles et du Monde Depuis 1996…

1. Gouvernance

Les Internationales de la Guitare sont organisées par Confluences :

Présidente : Nicole Bigas        

Directeur : Talaat El Singaby

Vice-Président : Patrick Jacquot 

Trésorière : Sybille Grasset-Tendero

Membres du Conseil d’Administration :

Thierry Aznar

Nicole Bigas

Pascal Hébrard

Jean-René Privat

Patricia Weber

 

2. Financements du festival [1]

Le festival s’est évertué depuis sa création à équilibrer ses ressources publiques et privées.

En recherchant et en s’attachant un fort soutien du monde économique et de l’entreprise, en équilibrant proportionnellement ses financements publiques sur tout le territoire sur lequel il intervient, il ne fait supporter à aucune collectivité un poids important de sa mise en œuvre.

La moyenne de subventionnement est de 4,70 € par spectateur.

Le festival est financé par :

- 56 % Billetterie et mécénat

- 25 % Région Languedoc-Roussillon

- 9 % Conseil Départemental de l'Hérault

- 9 % Autres collectivités (Lunel, Lattes, Rivesaltes, …)

- 4 % Etat

[1] Chiffres 2014

 

3. Organisation

Le festival est le fruit du travail d’une équipe importante de personnes motivées, pour la plupart bénévoles, et d’une implication de tous les tissus de notre cité et de notre région : entreprises, collectivités, associations, citoyens.

Financements publics :

La Région Languedoc-Roussillon – Le Département de l’Hérault – Le Ministère de la Culture et la Communication DRAC Languedoc-Roussillon – La Ville de Lattes – La Ville de Lunel – La Ville de Florac - La Ville de Rivesaltes – La Ville de Mauguio

Les Communes partenaires :

Prades le Lez – Saint Génies des Mourgues – Sussargues.

Mécènes :

La Mutuelle des Motards – Hélénis – GGL Aménagement – Amétis – Caisse des Dépôts et Consignations – Société Générale – Sanofi – Sacem – Concept Even – MBL Backline – Médiaffiche – Sunti – Profils Systemes – Mac Donalds – Ideom – CGCB.

Partenaires privés :

La Fnac – Wonderful – le Rockstore – le JAM – Office de Tourisme de Montpellier – Hérault Tourisme – ESMA (Ecole Supérieure des Métiers d’Art) – Ipesaa.

Partenaires médias :

France Bleu Hérault – France 3 Languedoc-Roussillon – Radio Vinci – 7officiel – Radio Lenga d’Oc – Radio Aviva.

Partenaires institutionnels :

Le Musée Régional d’Art Contemporain de Sérignan – Le Musée d’Art Moderne de Céret – Le Centre Régional d’Art Contemporain de Sète - La Genette Verte de Florac – Le Théâtre Jacques Cœur de Lattes – L’Opéra et Orchestre National de Montpellier.

Sur le web

• 127.483 visiteurs sur notre site pour 4.227.896 pages lues !
• Plus de 6200 « amis » Facebook

 

4. Ligne artistique

Les Internationales de la guitare sont un festival atypique. Atypique car l’élément central du festival est … la Guitare. Or, la guitare, et par extension les instruments à cordes pincées, est un instrument universel, transculturel et trans-générationnel.
Du Théorbe du XVIIe siècle à la Stratocaster du XXe, de la sitar de Ravi Shankar au ukulélé d’Iz (Over the rainbow), le spectre de notre champ artistique est si large qu’il pourrait être facile de s’y perdre. Ce n’est pas le cas !

La ligne artistique du festival peut se résumer en un mot : découverte

Découverte de jeunes artistes et groupe

Une part importante de la programmation est consacrée à des artistes en devenir. Le festival à ainsi programmé Olivia Ruiz, Anna Calvi, Izia, Stuck In the Sound… dans des petites salles montpelliéraines, bien avant que ces artistes ne remplissent des Zénith.

Découverte de cultures et de genres musicaux

En 1999, les Internationale de la Guitare organisait l’un des premiers concerts de Swing manouche à Montpellier (Bireli Lagrène Romane, Stochelo Rosenberg, Latcho Drom…). Le Fado y est présent depuis 2003. Le festival a également osé les musiques traditionnelles japonaises, arabes, d’Afrique…

Découverte des musiques actuelles pour un public non initié

Le rôle du festival est également pédagogique et ludique. Il se doit d’aller à la rencontre de nouveaux publics, adulte ou jeune.
C’est pourquoi une part importante de la programmation se déroule dans de nombreux quartiers de Montpellier, dans des villes périurbaines ou rurales. Ces concerts sont toujours des concerts accessibles d’un point de vue artistique, mais aussi financier.
Enfin il intègre chaque année de nombreux établissements scolaires, écoles élémentaires, collèges et lycées.
Le renouvellement des publics et la formation des futurs spectateurs sont un enjeu majeur du festival, mais aussi plus largement de notre époque.

 

5. L’Architecture du festival

Le festival se décompose en plusieurs volets, adaptés à ses différents publics, à ses territoires et à ses objectifs.

Les Concerts

Chaque année le festival présente une quarantaine de Grands Concerts, à Montpellier mais aussi dans une quinzaine de ville de l’Hérault, ainsi qu’en Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées, à Lunel, Rivesaltes, Florac, …
En 2014, ce volet a présenté des artistes tels que Bernard Lavilliers, Thomas Dutronc, Tomas Gubitsch, Cascadeur, Moodoid, Rocio Marquez, Florent Marchet, Autour de Lucie, Thomas Fersen, Orval Carlos Sibelius, Dead Combo… soit une trentaine de concerts.

Les 24h démentes

24h de performance artistique, par des artistes atypiques dans des lieux insolites.
Les « 24h démentes » tracent un parcours dans la ville, renouvelé chaque année, d’une boutique de meubles design au toit de l’arc de triomphe, d’un jardin privée au parvis du Musée Fabre, et propose un concert-performance gratuit toutes les heures, du samedi 10h au dimanche 10h !

Concerts et animations gratuites à vocation pédagogique

Hors des sentiers battus, le festival investit cafés-concerts, école et collèges, musées … de Montpellier, mais aussi des villes et villages qui accueillent le festival dans toute la région.
À travers des concerts, des conférences, des projections, des spectacles jeunes publics, des performances, entièrement gratuits, le festival va à la rencontre de tous les publics.

Volet « Jeune Public »

Les concerts et animations pour le jeune public traversent de manière transversales tous les volets du festival avec des concerts dédiés (Pigalle, Aldebert Enfantillages 2…), un parcours d’animation sur tous le territoires du festival et des actions dans les écoles, collèges et lycée.

Le Salon International de la Lutherie

C’est le volet économique du festival. Il regroupe plus de 70 luthiers et entreprises artisanales de la filière chaque année au Corum, et attire en moyenne près de 7000 visiteurs chaque année.
C’est un des rendez-vous majeurs de la profession et des amateurs de guitares en France.

 

6. Publics et territoires

« Accessibilité », « publics empêchés », « démocratisation culturelle », « renouvellement des publics » etc. La terminologie des politiques culturelles est très riche et très prometteuse.

Au-delà des mots et des théorisations, le festival met en place des actions concrètes quantifiables et évaluables pour remplir son rôle, celui de tout festival, d’être un acteur, un médiateur, un aménageur de son territoire.

Un festival de proximité

L’accessibilité à la culture se fait d’abord par la proximité géographique avec le public.

Dans le cadre de cette édition, 61% des habitants de l’Hérault (650.000 personnes) sont directement touchés par le festival (opérations sur le territoire de leurs communes ou leurs quartiers pour Montpellier).

Au niveau régional, 38% (955.000 personnes) de la population du Languedoc-Roussillon est impacté.

Des concerts pour le prix d’un « paquet de cigarettes » !

L’accessibilité se fait aussi, bien évidemment, par la tarification. Le festival a mis en place une politique tarifaire double.

D’une part il pratique des tarifs de base, grand public, au plus bas, avec une moyenne de 17,20 € par place.

D’autre part, grâce à des accords avec de nombreux comités d’entreprises, qui acceptent de subventionner les places de concerts pour leurs salariés en échange de tarifs spécifiques accordés par le festival, grâce à une convention avec le Pass’Culture, l’intégration du festival au dispositif Pass’Agglo, et d’autres accords avec des partenaires spécifiques (Sanofi, groupe Elior, Mutuelle des Motards), la moyenne payée par le public en 2014 d’une place de concert au festival est de 7,37 €, soit le prix d’un paquet de cigarettes !

Cette effort sur la tarification, et la baisse conséquente que le festival a amorcé depuis 2012 (- 37 % en trois ans) ont été rendus possibles par une diminution considérable des coûts de production, notamment des cachets des artistes internationaux, et une rationalisation et une meilleur maitrise des frais liés aux concerts.

Des concerts et animations gratuites à vocation pédagogique

Le festival développe depuis 2009 des concerts et animations gratuites dans la plupart des quartiers de Montpellier, notamment dans les Maisons Pour Tous, les Médiathèques de l’Agglomération, et les salles municipales des villes qui nous accueillent.

Il y a eu sur cette édition 122 opérations offertes au public. Ces opérations ont été construites et menées avec des partenaires de terrain (association de quartiers, structures culturelles locales, structures institutionnelles), afin de garantir leur impact sur la population et leur vocation pédagogique. L’objectif étant d’initier auprès d’un public peu enclin à la culture, le désir de se réapproprier le spectacle vivant et la curiosité de découvrir une culture de qualité.

L’impact de cette politique se mesure particulièrement dans l’Agglomération Montpelliéraine et dans les villes de la Région où, d’une part, les opérations gratuites ont fait salle comble, mais où les concerts payants ont également connu des taux d’occupation jamais atteints jusqu’ici par le festival, et ce, malgré une programmation ambitieuse où la qualité des artistes prévalait sur leur notoriété.

Un travail de fond et au long cours avec les écoles et les collèges

Cela apparaît tellement évident, mais il est important de rappeler que l’avenir (et le public de demain) se trouve dans nos écoles ! Le festival va donc chaque année à la rencontre des élèves et collégiens. Cette année, ce sont 13 collèges, écoles, et lycées qui ont accueilli le festival, et plus de 1000 enfants qui ont participé aux ateliers et concerts dans leurs établissements ou dans des salles de spectacles à proximité.

Ce travail, élaboré avec les équipes pédagogiques des établissements, est un support à un projet éducatif qui perdure tout au long de l’année scolaire.

 

 

7. La Communication du festival

Le festival a axé sa stratégie de communication autour de plusieurs points complémentaires :

Des visuels forts, qui lui permettent d’être identifié facilement et rapidement par le public.
Un réseau de villes, d’associations et d’institutions partenaires qui agissent chacun comme des relais de communication et de diffusion.
Des partenariats avec plusieurs médias régionaux comme France 3 Languedoc, TV Sud, Radio France Bleu, qui lui assurent une visibilité importante (publicitaire et rédactionnelle) sur tout notre territoire.
Des partenariats nationaux avec la Fnac et des médias spécialisés.
Un site internet ergonomique, fonctionnel, et référencé visité par plus de 130.000 internautes chaque année, et une page facebook suivi par 6000 fans !
Des publications propres et une diffusion importante de ces supports sur tout le territoire : plaquettes, cartes postales, affiches diffusées sur différents réseaux en Languedoc-Roussillon (y compris réseaux 120x176, et 4x3).

default_thumb_2